Clotaire Renaud

Faire manuellement ce que l'on peut automatiser !

Automatiser une tâche suppose que les processus en jeu soient maîtrisés manuellement.

Programmer sa machine à laver, sa cafetière, son robot aspirateur ou sa tondeuse à gazon est désormais courant dans nos vies quotidiennes. L’automatisation apporte un confort qui tient au fait que la programmation nous libère d’obligations ponctuelles ou répétitives.

En informatique on appelle cela une tâche « cron ». Il s’agit d’un automate qu’on souhaite lancer à intervalles réguliers pour faire un backup chaque nuit ou synchroniser le stock d’un site e-commerce chaque heure avec celui de son logisticien par exemple.

Mias, ça se complique fonctionnellement quand on essaye de rendre une tâche automatique mais que la description du besoin est partielle ou la liste des tâches mal maîtrisées.
Par exemple, programmer une cafetière pour avoir du café chaque matin mais en omettant de mettre de l’eau ne répondra jamais au besoin. Vous allez me dire que tout le monde sait qu’il faut mettre du café et de l’eau dans une cafetière.
Pourquoi cela n’arrive pas avec le café ? Parce qu’avant de lancer une tâche automatique vous maîtrisez le processus manuellement.

Dans la majorité des cas, s’astreindre à l’exercice de répéter le processus manuellement ou sur un serveur de tests dans le cas d’un développement, permet d’identifier les différents cas d’utilisation, les entrées du processus et les contrôles de sortie. Voilà la recette du succès d'une tâche automatisée.

 

Crédit photos : Dean O'Callaghan, Automate reproduisant l’effet d’une goutte d’eau qui crée des ondulations en tombant dans une flaque ou un lac.